Petite histoire de la santiag

comment mettre des santiags

La santiag, c’est d’abord la botte du cow-boy, et à ce titre elle fait partie de la légende américaine !  Mais d’où vient cette botte mythique ?

Petit voyage à travers l’histoire de la santiag…

Une botte de soldats – puis de cow-boys !

Il semblerait qu’à l’origine, la santiag dérive des bottes portées par les cavaliers et les officiers en Europe. Elles sont arrivées aux Etats Unis, alors colonie britannique lors de la guerre d’indépendance.

histoire-santiag-2

La santiag a ensuite participé à la conquête de l’Ouest, devenant la botte des pionniers et des cow-boys, prenant au passage certains caractères distinctifs, comme le talon permettant de se maintenir dans les étriers, et le bout pointu permettant facilement de monter et de descendre du cheval.

La santiag fait son cinéma

La santiag telle que nous la connaissons aujourd’hui est devenue populaire quand elle a été portée à l’écran par des légendes du cinéma comme John Wayne ou Gene Autry. C’est à ce moment qu’elle a commencé à symboliser l’âme de l’Amérique et à être portée partout dans les villes.
john wayne

C’est aussi à ce moment qu’elle est devenue un objet de mode, avec des broderies colorées et l’utilisation de cuirs précieux.

La santiag entre dans la danse

Aujourd’hui, le succès de la danse en ligne ou danse country, qui ne peut se danser qu’en santiags, lui apporte un nouveau regain de popularité, et elle a investi le monde de la mode et même les défilés haute couture !

Aujourd’hui, peu de gens passent leur vie à cheval, mais les santiags sont devenues un basique et un grand classique, se marient à merveille à presque tous les vêtements et donnent un supplément de style à toutes les tenues !

1 réflexion sur « Petite histoire de la santiag »

  1. Howdy! Someone in my Myspace group shared this site with
    us so I came to look it over. I’m definitely loving the information. I’m book-marking and will be
    tweeting this to my followers! Exceptional blog and
    fantastic design and style.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *